<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=4430092&amp;fmt=gif">
Retour au blog

Fermeture des établissements : le Conseil d'État rejette le recours de l'UMIH

conseil-etat-umih

 

Depuis le 29 octobre, les restaurants ont été contraints de fermer. Les professionnels de la restauration par le biais de l’UMIH ont alors intenté un recours devant le Conseil d’État contre ce décret. Mais celui-ci vient d’être rejeté.

 

Les semaines passent et se ressemblent pour les professionnels de la restauration. Après avoir intenté un recours contre le décret du 29 octobre imposant la fermeture des établissements, l’UMIH a vu sa demande rejetée par le Conseil d’État. 

Dans son ordonnance transmise à l’AFP, le Conseil d’État estime qu’aucune des revendications de l’UMIH n’est "de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée".

 

Pour le Conseil d’État, le gouvernement n’avait pas d’autre choix que de fermer les bars et les restaurants pour faire face à la situation d’urgence sanitaire. Le but était de stopper la progression du virus en limitant les déplacements de la population hors de son domicile.

 

Le Conseil d’État s’est également appuyé sur l’étude américaine publiée début novembre dans la revue Nature. Selon cette étude, "les restaurants, bars et hôtels, présentent, avec les salles de sport, un risque significativement plus élevé de transmission du virus que les autres lieux de brassage de population, y compris les commerces".

 

Roland Héguy, président de l’UMIH, ne se satisfait pas de cette annonce : "C'est une injustice de plus vécue par notre secteur. L’État n'a pas fourni d'études françaises sur la contamination en France du Covid-19".

 

L’UMIH déplore “un coup de massue supplémentaire” et appelle à un grand rassemblement de la profession le 14 décembre à Paris.